Montant de l’intéressement PSA

Le montant minimum de l’intéressement, pour un salarié à plein temps présent toute l’année chez PSA, sera de 2175 € brut (hors CSG/CRDS) soit 2001 € net !

Les notifications individuelles seront transmises aux salariés dès le 28 mars.

Il n’y aura pas de versement au titre de la participation (présence d’un déficit fiscal), c’est donc bien la totalité de la somme qui pourra être débloquée en cas de réponse positive de votre part, avant le 20 avril (réponse par courrier aux bulletins d’option) ou le 21 avril (réponses sur le site de Natixis).

Lire la suite

Négociations salariales 2017 : 1,6%

Hier se tenait la deuxième réunion de négociation salariale.

Le cadrage est fixé par l’accord signé en juillet (NEC) à 1% au-dessus de l’inflation. Comme nous pouvions le redouter, la Direction n’a pas voulu cette année aller au-delà de ce cadre, et cela malgré les bons résultats prévisibles du Groupe en 2016 (résultats qui seront annoncés le 23 février). L’indice INSEE qui compare le mois de décembre 2016 à celui de décembre 2015 est de 0,6%, l’enveloppe budgétaires consacrée au augmentations salariale est donc fixé à 1,6%. Restait donc à fixer :

  • La répartition de cette enveloppe pour chaque catégorie sociaux professionnelles, entre les augmentations générales (AG) et les augmentations individuelles (AI).
  • Le planning de distribution des AG et AI

Après 4 heures de négociation et deux interruptions de séances le résultat est le suivant :

Lire la suite

Négociation salariale 2017 – Nouvel Elan pour la Croissance ?

Le 8 juillet 2016, 5 organisations syndicales s’engageaient dans l’accompagnement du plan « Push to Pass » en apposant leurs signatures au bas d’un accord intitulé « Construire ensemble l’avenir du Groupe : un Nouvel Elan pour la Croissance » (NEC)

En donnant notre accord à la mise en œuvre de ce plan, nous validions à la fois, l’analyse des risques qui perdurent pour le Groupe PSA, et les défis qu’ils restent à relever pour assurer sa croissance et donc fiabiliser son redressement. Mais accepter ce plan triennal c’était aussi parier qu’en « faisant gagner l’entreprise » nous ferions gagner tous ses salariés.

Par “faire gagner les salariés”, il faut comprendre, notamment :

  • Maintenir des emplois en France (embauche de 1000 CDI, 6000 emplois jeunes…)
  • Leur assurer des gains substantiels de pouvoir d’achat au travers des trois dispositifs que sont, les augmentations de salaires, les primes sur objectifs (PVG) et l’amélioration du dispositif d’intéressement.

Bien sûr, puisqu’il s’agissait d’une négociation avec une Direction de PSA « dans son rôle », le texte signé n’était pas complètement à la hauteur de nos espérances. Mais puisque nous l’avons signé, c’est que nous avons pu considérer qu’il allait dans le bon sens.

Au chapitre pouvoir d’achat, le NCS précise que “l’évolution salariale se fera à un niveau de 1% au-dessus de l’inflation“, mais aussi que des négociations annuelles seront engagées chaque année sur la période du plan.

C’est dans ce contexte que se sont engagées le 24 janvier dernier les négociations 2017.

Lire la suite

Fin des retraites chapeau chez PSA : bravo !

Les raisons de nous réjouir d’une décision du Directoire de PSA ne sont pas nombreuses. Celle qui vient d’être annoncée par un communiqué de presse de notre entreprise, nous en donne l’occasion, puisqu’elle satisfait une demande ancienne de la CFTC, exprimée, notamment, dans ces colonnes :

«Sur proposition du Président du directoire, le Conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a validé le principe de mettre fin au régime de retraite supplémentaire à prestations définies dont bénéficiaient les dirigeants mandataires sociaux et les membres du Comité exécutif du groupe»

Lire la suite

Négociations salariales 2015 : constat de désaccord

Lors de la dernière séance de négociations salariales, organisations syndicales et Direction se sont quittées, cette année comme l’année dernière, sur un constat de désaccord.

Même en période de modération salariale, il n’était pas possible pour la CFTC d’accepter un accord ne prévoyant pas la moindre augmentation générale (AG), ni pour les ouvriers/employées (OE),  ni pour les TAM (pour les cadres il n’y a jamais d’AG).

Lire la suite

Négociations salariales 2015 : premier tour d’observation

La première des deux séances annuelles de négociations salariales s’est tenue le 27 janvier. Elle a, comme d’habitude, été structurée en trois temps.

  • Premier temps : la Direction présente le contexte économique et social. Une vingtaine de pages pour expliquer, indicateurs à l’appui, que les temps sont durs, que le redressement est fragile et qu’une hirondelle ne fait pas le printemps…
  • Deuxième temps : présentation par le Direction du « Bilan PCA » de l’année précédente. Une quarantaine de pages, avec autant de tableaux, pour expliquer que depuis 10 ans, malgré des temps difficiles, PSA a fait le maximum pour préserver le pouvoir d’achats des salariés… voir pour l’améliorer. La preuve : la courbe de l’évolution des salaires toujours supérieure à celle de l’inflation, signe supplémentaire, pour certains, que le cout du travail en France ne cesse d’augmenter, dégradant d’autant notre compétitivité…
  • Troisième temps : les organisations syndicales font part de leurs revendications, avec dans certains cas une liste de revendications “à la Prévert” , qui si elles sont justifiables, n’en sont pas moins irréalistes, dans une période où PSA continue d’afficher une stratégie de réduction des frais fixes, et donc de la masse salariale, passant par un plan ambitieux de départs volontaires (DAEC).

Lire la suite

De l’argent en général, et des salaires chez PSA en particulier

Contrairement aux pays anglo-saxons, l’argent est en France un sujet tabou. C’est du moins ce qu’on nous répète depuis des années sans que personne ne pousse plus loin la réflexion. L’affaire est entendue, pas la peine d’en parler et d’interroger tel ou tel sur ce qu’il gagne « moi monsieur, je n’ai pas de problème avec le sujet, mais en France vous savez… Que les autres commencent, et bien sûr je vous répondrai ». Qu’un scandale soit révélé, et nos hommes politiques se remettent à prôner la transparence, jusqu’à ce que le sujet soit enterré (rappelez-vous les discussions sur les déclarations de patrimoine faites, la main sur le cœur, par nos dirigeants, et ce que les membres de nos deux assemblées en ont fait).

Nous même, sommes en général plus enclins à exiger de la transparence de ceux qui gagnent beaucoup plus que nous (le « patronat » par exemple), qu’à parler ouvertement avec nos collègues de nos salaires respectifs.

Si nous souhaitons ici ouvrir ce sujet, c’est que nous sommes convaincus que les salariés auraient tout à gagner à plus de transparence.

Lire la suite

Rémunération des cadres : comment connaître sa “classe fonction” ?

La grille de salaire des cadres s’appuie, chez PSA, sur une classification des fonctions s’appuyant sur la méthode Hay d’évaluation  des postes. Nous reviendrons dans un autre article sur les principes généraux de cette méthode. En attendant, retenez que, chez PSA, cela se traduit par une grille de rémunération à 6 niveaux. Ces niveaux sont matérialisés par une lettre (que nous nommerons ici “classe fonction”):

  • A pour les cadres dirigeants
  • B les cadres supérieurs
  • C les cadres intermédiaires (responsable de service composé de plusieurs domaines)
  • D les cadres avec une responsabilité d’équipe (responsable de domaine par exemple)
  • E ingénieurs et cadres sans responsabilité hiérarchique
  • F pour des cadres débutants

Lire la suite

Les augmentations de salaires des cadres chez PSA… expliquées à ceux qui n’en n’auront (peut-être) pas !

La première réunion des « négociations salariales » 2014 aura lieu mercredi 5 février.

Il faut savoir que, chez PSA, la quasi-totalité des discussions engagées lors de ce type de réunion, porte sur les augmentations de salaires des ouvriers et des ETAM. Héritage du passé et de la « lutte des classes » où les cadres se devaient d’être « du côté du patron » ; peur d’opposer une catégorie de salariés « favorisée » à une autre moins bien lotie, tout concourait jusqu’ici à passer sous silence la manière dont les cadres sont augmentés à l’issue de ces « négociations » annuelles.

Pour la CFTC, il est grand temps de mettre fin à cette forme de loi du silence qui, sous couvert de protéger la paix sociale, évite que les cadres, comme les autres salariés de l’entreprise, puissent répondre à deux questions fondamentales:

  • Suis-je, ou non, bien payé par rapport aux collègues de PSA qui exercent un travail équivalent au mien (qui ont le même poids de poste) ?
  • Serais-je mieux payé si j’exerçais le même travail dans une autre entreprise du secteur ?

Nous reviendrons dans un prochain article sur les éléments qui devraient vous aider à répondre à ces questions. Avant cela, commençons par décrire la manière dont sont, habituellement, distribuées les augmentations de salaire des cadres de notre entreprise.

Lire la suite

Retraite chapeau de Philippe Varin : arrêtons l’hypocrisie !

Sortie en début de semaine par la CGT, l’affaire « des 21 millions » de monsieur Varin aura suscité une vive émotion du public, des médias et des hommes politiques tout au long de cette semaine.

La CFTC PSA, par la voix de Franck Don, délégué syndical central, a réagi aux informations diffusées tout au long de la journée de mercredi (cf son interview sur europe1: europe1 Journal de 12h30 du 25/11/13 ), en dénonçant, dans un premier temps, ce que pouvait avoir de choquant ce type d’annonce dans le contexte de crise que traversait PSA, et saluant en fin de journée la décision de monsieur Varin lorsque celui-ci annonçait finalement renoncer à toucher cette fameuse retraite chapeau de 21 millions.

Le temps de l’émotion étant passé, il nous a semblé important de revenir ici sur le fond de cette affaire, et surtout de dénoncer les nombreuses hypocrisies, voir les manipulations auxquelles nous avons pu assister tout au long de la semaine écoulée.

Affirmer que monsieur Varin allait toucher un chèque de 21 millions à son départ à la retraite était à la limite de la désinformation. Le chiffre de 21 millions est énorme, choquant, voir immoral. La réalité est plus nuancée et a d’ailleurs fait l’objet de mises au point, tant de la direction de PSA que des journalistes (mais le mal était fait, et on continuera de parler d’un cadeau de 21 millions). Puisqu’il ne s’agit pas d’un « parachute doré » (prime au départ, utilisé par certaines entreprises, mais pas, à ce jour, chez PSA), mais d’un dispositif de retraite supplémentaire (dite retraite chapeau), il n’a jamais été question que Philippe Varin touche ce capital en partant de PSA.

Alors de quoi s’agit-il, et combien aurait-il dû toucher ?

Lire la suite